Aujourd’hui était une journée particulière. Outre le fait que j’avais le marché, ce qui est devenu banal le samedi, nous avions une visite. La dame avait téléphoné à France quelques jours auparavant, pour prendre rendez vous. On sera environ 50 qu’elle lui a dit. On vient en bus.

Ah ben oui mais euh alors mais euh bon, d’accord…. A répondu France.

Quand je l’ai questionnée sur l’identité de la dame, ou sa nature, France m’a répondu que ça devait être un comité d’entreprise ou un truc comme ça. Elle n’avait pas bien entendu.

Soit. On verra bien samedi alors.

Et samedi vînt, comme souvent en fin de semaine.

Nous attendons fébriles cette quantité inédite de visiteurs et je me demande bien si le bus va oser monter cette côte, sachant qu’elle est interdite aux plus de 11 tonnes, et qu’elle monte quand même bien raide, genre 15 %.

Un peu plus tard, quelques voix se font entendre en contrebas. Je vais jeter un coup d’œil, et aperçois quelques gamins, sur la route, arpentant la montée sous un soleil de plomb, suivi d’une ribambelle d’autres enfants, d'adultes, de nombreuses femmes en djellabas de toutes les couleurs. Le spectacle parait irréel sur cette petite route sinueuse de campagne. J’ai dit à France un peu inquiet : «Je sens qu'on va se faire des souvenirs ».

Nous accueillons donc tout ce petit monde. Ils viennent d’un quartier dit défavorisé de la banlieue toulousaine et viennent se mettre au vert le temps d’un après midi.

Je passe les consignes, ne pas crier, ne pas donner à manger aux animaux, et on commence la visite.

Un des enfants en voyant les chevreaux s’exclame : oh, un veau.

Un autre : Et elles sont où les vaches ?

Puis on va se balader parmi les chèvres. J’explique que Glypho n’aime pas trop les enfants, et que je la tiendrai le temps qu’il faudra.  

-          C’est laquelle la chèvre qu’est méchante monsieur ? On peut la toucher ?

Ils voulaient tous la toucher comme s’ils caressaient courageusement un féroce tigre, alors que 28 autres chèvres autour se tenaient paisibles et disponibles. Non, ils voulaient tous Glypho, celle qu’est méchante. Du coup, Glypho avait les poils hérissés, et n’attendait qu’une chose. Que je la lache pour en encorner un.

Ils étaient heureux tous ces gens de pouvoir se promener dans un champ avec une aussi belle vue, et des animaux. Alors on est resté assez longtemps à discuter, à répondre aux questions, mais à chaque instant, je me disais que je ratai une super photo de toute cette ambiance complètement incongrue.

Puis nous avons fait des dégustations de fromages (non y a pas de porc dans le fromage), suivies de belles ventes, et après avoir pris un peu d’ombre au tilleul, toute la procession s’est remise en route dans le sens inverse pour récupérer son bus, en ne manquant pas de nous remercier chaleureusement. Là aussi, ça aurait mérité une photo. C'était un très bon moment. Et un coup de chapeau à celui qui a poussé la jeune fille en fauteuil roulant sur toute la montée, car il a du en baver.