100_0736

Une chèvre de ce troupeau de chèvres n'est pas une chèvre, cherchez bien.


C'est vrai quoi, nous vous parlons toujours de nous mais jamais des enfants.

Les deux grands garçons de 14 ans : c'est bien sympa les chèvres mais juste de temps en temps quand j'ai envie.

La grande de 13 ans : elle nous a impressionné pour cette période de mises-bas. Présente pour la traite, assure les biberons des petits et jusqu'au bout, elle fini avec nous et bosse sans jamais souffler et gémir. Je précise que cela vient d'elle, nous ne lui avons pas demandé de nous aider.

Toujours présente pour aider à rentrer ou sortir les chèvres, elle surveille si elles ont de l'eau dehors et sinon, elle remplit les bacs. 

Bref, une fille que je trouve déjà responsable et avec de bons réflexes en ce qui concerne les chèvres. J'aimerai tant qu'il en soit de même pour le rangement de sa chambre mais là, je pense que c'est peine perdue.

Et le petit dernier de 11 ans ?  S'il pouvait, il vivrait dans le troupeau (avec des pauses télé régulièrement quand même).

Toujours à fouiner autour des chèvres, à pousser le foin aux auges, à surveiller celle qui est couchée, qui tousse ou qui pète, en résumé, tout ce que font les chèvres, nous le savons, il veille. Le midi, il va les voir en rentrant de l'école avant d'aller manger, il avale son repas et refile les voir. Quand il est triste ou contrarié, il file aussi dans la chèvrerie. Il passe son temps assis ou couché avec elles.

Sa tendance qui va être plus difficile à gérer, il est très proche de ses chèvres (oui ce sont les siennes) et en cas de problème, ça le touche assez fort. Le chevreau qui est mort à la mise-bas, il en a pleuré toute la soirée, il a fallu de gros calins et des explications du non-drame. Je redoute le jour où l'une de ses chèvres va mourrir. Le bon côté, c'est qu'il apprend la vie de l'élevage.

100_0737

100_0735